Que faire de mes blocages en anglais professionnel ? - On-the-job
pexels-andrea-piacquadio-3755761

Que faire de mes blocages en anglais professionnel ?

Dans le cadre de mon métier de formateur à l’anglais professionnel, voilà ce que m’ont confié Sophie, Jean-Sébastien, Ahmed, Anne-Marie, Thibaut, Jean, Bérangère , Denis, Amélie, Fabien … et bien d’autres lors de nos premiers échanges :

  • Mes parents ne n’ont pas pu ou voulu m’envoyer dans un pays anglophone
  • J’ai fait mon année de Erasmus à Lisbonne, j’ai peu pratiqué l’anglais.
  • Je ne suis pas mauvais en anglais mais là j’ai touché mes limites
  • J’avais une opportunité mais je ne l’ai pas saisie, c’était compliqué.
  • Ça va à peu près mais le téléphone et les réunions en anglais, ce n’est pas pour moi.
  • J’ai 35, 30, 40, 50 ou 60 ans.
  • Un jour un enseignant…professeur…spécialiste… m’a dit que je n’étais pas doué ou que je ne serais jamais bon
  • Tout se joue entre l’âge de 3 à 10 ans.
  • Impossible de réellement progresser sans une immersion totale de plusieurs mois voire années dans un pays anglophone
  • Je suis introverti(e)
  • Je ne suis déjà pas très bon, alors en anglais professionnel ou technique je n’y pense même pas
  • Je n’ai pas de facilités, moi c’est les maths et l’ingénierie
  • Je vous avoue que je n’ai pas le choix mais cette langue m’exaspère
  • Je n’ai pas d’oreille, c’est comme ça.
  • Je pense que certains sons me sont impossibles à produire donc c’est peine perdue
  • Je n’ai pas de mémoire
  • J’ai un problème de fluidité. Je dois d’abord penser chaque phrase en français puis la transformer péniblement en anglais.
  • J’ai tout essayé.

Aujourd’hui je continue à écouter chacun, salarié ou entrepreneur me disant à sa manière, son manque de réussite ou son plafonnement en anglais et ses impacts professionnels aujourd’hui.

Et pour autant, j’en suis le témoin régulier : en chacun, il y a cette démarche d’exploration qui est là d’essayer de trouver -peut-être- une solution, de pouvoir -éventuellement- repartir du bon pied, ou pouvoir -qui sait ?- lever ce frein dans une vie professionnelle.

Alors, je me tiens à ce que j’ai toujours dit : « D’accord, je suis d’accord avec vous » ce qui parfois étonne mon interlocuteur. Mon expérience de formateur en prise directe avec des apprenants de tous horizons, niveaux et secteurs d’activité me l’a montré : qu’un blocage trouve son origine dans une croyance dite « limitante » ou pas apporte peu. Toujours est-il qu’il est là. Il produit ses effets négatifs. Il contraint la vie professionnelle de celui qui me contacte.

Alors « oui, d’accord », seuls des résultats palpables et réguliers pourraient ébranler ces blocages. « Oui, d’accord », seule l’atteinte de vos propres objectifs en anglais pourrait réellement dissiper une déception ou le plafonnement que vous vivez. « Oui d’accord », seule une transformation claire donnerait le change à ce qui vous a jusqu’ici retenu.

Oui, d’accord, vivons avec cela et ouvrons de nouveaux chemins.

partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur twitter

Nos conseils hors des sentiers battus !